productions 21/22

 La Cie JAVA VERITE a le plaisir de vous prèsenter son nouveau projet de création 21/ Automne 21

 CHACUN SA VERITE de Luigi Pirandello

 Adapté par Julia Vidit et Guillaume Cayet 

 MISE EN SCENE JULIA VIDIT 

 Distribution 10 à 12 acteurs, distribution en cours

 L'arrivée d'un nouveau fonctionnaire - Monsieur Ponza - suscite de l’émotion dans une petite préfecture. Au delà de la curiosité naturelle des habitants, sa conduite intriguerait n'importe qui : il semble séquestrer sa femme et empêcher sa belle-mère, Mme Frola, d'aller chez sa fille. Lui-même rend tous les jours visite à Mme Frola et s'oppose à ce qu'elle reçoive qui que ce soit. Pourquoi?

 Haut fonctionnaire et voisin de palier de Mme Frola, Agazzi veut absolument d'obtenir des explications. La vieille dame vient d'elle-même les donner - son gendre est fou. Sur ses entrefaites, Ponza accourt et déclare que sa belle-mère est folle.

Qui croire? Cette famille, réfugiée après un tremblement de terre, semble perdre pied.

 Laudisi, un parent d’Aggazi, s’amuse de toutes les hypothèses. Toutes explications sont plausibles. La curiosité s'accroît à mesure que la comédie progresse avec vitalité vers un dénouement inattendu, qui donne, l’air de rien, une leçon à celui qui a suivi l’intrigue.

 Que sait-on des choses et des gens? Ce qu'on en voit ou ce que l'on croit en voir et, bien souvent, ce que l'on aimerait qu’ils soient. Sur cette difficulté qu'il y a à cerner la réalité, voilée comme elle l’est par la subjectivité, Luigi Pirandello a écrit en 1917 Chacun sa vérité.

 Après Illusions, Le Menteur et La bouche peine de Terre, je poursuis, avec mes collaborateurs artistiques, ma recherche sur la perception de la réalité au théâtre. Cette fois, j’entraînerai les acteurs dans un jeu qui s’inspire de la caricature, en tant que reflet le plus fidèle de l’individu. Et avec Thibaut Fack, nous créerons un espace de jeu inspiré de l’escalier infini pour nous amuser de la situation que propose le dramaturge italien.

 Avec l’auteur Guillaume Cayet, et après avoir expérimenté l’écriture d’un épilogue pour signer l’œuvre de Corneille, je compte mettre en scène un acte impromptu comique dans lequel les acteurs, une fois le masque tombé, dialogueront avec la pièce de Pirandello. Aujourd’hui, la vitesse de propagation des informations nous invite à prolonger cette œuvre visionnaire. Pirandello lui-même, maître dans l’art de jouer avec les apparences, aurait été inspiré par la démultiplication et la circulation des images, vraies ou fausses.  "

 Julia Vidit

  Production Java Vérité Coproduction Le trident – Scène Nationale de Cherbourg, La Comète – Scène Nationale de Chalons en Champagne – EN COURS -

 Java Vérité est une compagnie conventionnée par la DRAC Grand Est et la Région Grand Est

 

pirandellopirandello [1.840 Kb]

La Cie Liba Théâtre prèsente Sizwe Banzi is Dead !

Texte : Athol Fugard,

Mise en scène : Jean-Michel Vier

Avec : Christopher Bayemi  Jean-Louis Garçon 

 Beau texte écrit dans les années soixante-dix par un auteur blanc et deux auteurs noirs : un théâtre historiquement lié à la période de l'apartheid en Afrique du Sud puisqu'il était écrit et représenté dans les townships.

 C’est un théâtre de la nécessité écrit et joué pour que le spectateur puisse se réapproprier sa propre vie, un théâtre de la dérision et du rire, un rire cruel pour lutter contre la cruauté de la vie ordinaire.

 C’est  de la résistance par l'humour, par la distance ironique et drôle, il dépasse ainsi les raisons circonstancielles de sa création pour devenir une fable universelle, entendue de manière encore plus aiguë dans un monde qui supporte de plus en plus mal les situations soi-disant irrégulières. « Qu'est-ce qui se passe dans ce foutu monde ? Qui veut de moi ? Qu'est-ce qui ne va pas avec moi ? »... Combien de Sizwe Banzi se posent aujourd'hui ces questions ?

 (Jean Francois Perrier  Avignon  IN  2006 )

Swize BanziSwize Banzi [604 Kb]

Création  en Janvier 22 des Arpenteurs de l'Invisible :

Frankenstein ou le Prométhée moderne 

d'après Frankenstein et l'oeuvre de Mary Shelley

Mise en scène de Florian Goetz et Jérémie Sonntag

tout public à partir de 14 ans (à aprtir de la 3 ième)

durée : 1h30

Avec Roxane Kasperski, Makita Samba et 1 comédien(en cours)/ 6 personnes en tournée

Dimension minimum : 8mx7m/ Montage J-1

 Frankenstein est un Prométhée, un Faust modernisé qui touche au mythe de la création et à la démesure de l’orgueil humain. Le jeune savant Victor Frankenstein est un Prométhée négatif, si aveuglé par son ambition qu’il déchaîne puissances de mort et désastres. Frankenstein est aussi une parabole sur la science, son évolution et ses déviances, qui pose la question de l’hubris et de ses conséquences désastreuses pour l’humanité et son environnement.

 Mais pour nous Frankenstein dépasse ces interprétations traditionnelles. Nous souhaitons rendre à l’œuvre sa dimension politique qui ouvre une réflexion sur les effacés, les sans voix, ainsi que sur la violence engendrée par la relégation et l’effacement.

Mary Shelley fait parler le monstre, qui d’une part met en échec son créateur en lui donnant à regarder en face son abandon et son absence d’éducation, et d’autre part dénonce la violence institutionnelle qui l’a précipité dans la haine et la violence. Cette plaidoirie est pour nous une défense clandestine de ceux qui n'ont pas droit à la parole.

Frankenstein ou le Prométhée moderne fait écho à nos temps troublés par la convergence des crises de la fin de l’anthropocène. Qui est donc véritablement le monstre, le créateur ou sa créature ? La haine de la créature n’est-elle pas engendrée par la violence instituée par son créateur ? Victor Frankenstein n’est-il pas lui-même le produit monstrueux d’un système de domination dans lequel les pères ont le droit de reléguer leurs progénitures ? La violence institutionnelle du système capitaliste patriarcal ne créetelle pas ses propres monstres ? Qui est véritablement le monstre aujourd’hui ?  Le capitalisme financiarisé empreint d’hubris lorsqu’il se met à penser le trans ou le posthumanisme ? Ou les laissés pour compte qui par leurs révoltes tentent de faire entendre leur nom ?

Jérémie Sonntag et Florian Goetz

 Partenaires en cours  :  Le CDNOI - CDN de L'océan Indien,  la Ferme de Bel Ebat de Guyancourt, Le Théâtre R.Barat d'Herblay, Le Centre d'Art et de Culture de Meudon, L'espace Boris Vian -scène conv. des Ulis, Le Sud Est Théâtre de Villeneuve St georges, Le Théâtre de St Maur, le Théâtre Montansier de Versailles, La Courée de Collégien, le TEC de Plaisir, La Ferme du Buisson  ....