en tournée

  Après ses représentations au théâtre 11(Festival d'Avignon21)

  La Compagnie Hercub

   a le plaisir de vous convier aux prochaines représentations du spectacle

   Terreur   

Procès-Fiction 

  du 1er Septembre au  30 Septembre 21 à 21H15

 Au théâtre de Belleville(16,passage Piver, Paris)

 du mercredi au samedi

  bande annonce : https://vimeo.com/593274719 

  de  Ferdinand Von Shirach

  Traduction française de Michel Deutsch 

  Mise en scène de Michel Burstin, Bruno Rochette, Sylvie Rolland

   Avec : Michel Burstin, Frédéric Jeannot, Céline Martin-Sisteron, Bruno Rochette, Sylvie Rolland, Johanne Thibau 

  TERREUR est inspiré d’un fait réel. C’est le procès-fiction du pilote de chasse, Lars Koch.

  Le 26 mai 2019 à 20h21, le commandant Koch, pilote de chasse de l’armée allemande, abat un avion de ligne, détourné par un terroriste islamiste, avec 164 personnes à bord. Le pirate de l’air avait pris le contrôle de l’appareil et menaçait de s’écraser sur le stade de football de Munich, un soir de match international. Il y avait 70 000 personnes dans le stade.

   Lars Koch avait pourtant reçu l’ordre de ne pas tirer. Et il a choisi de désobéir.

  Avait-il le droit de sacrifier la vie des 164 passagers et membres d’équipage, pour sauver les 70 000 spectateurs du stade ?

 Au début du spectacle, le président de la cour accueille les spectateurs ainsi :

   Acteurs et public réunis, vont faire ensemble le procès de Laura Koch. Les spectateurs-jurés vivront individuellement et ensemble, cette expérience de la responsabilité du destin d’une personne. Chacun sera face à son intime conviction, à sa position de citoyen. Et à la fin de la pièce, le jury-public donnera son verdict, et le président prononcera la sentence.

   Sensibiliser les spectateurs aux discours de toutes les parties, les faire vaciller sur leurs certitudes, comprendre l’autre, interroger sur les limites entre le droit et la morale, sur l’état d’urgence et même sur nos préjugés... Voilà notre objectif. Cie Hercub

 Action financée par la Région Ile-De-France. Avec le soutien de : le GPSEA (Grand-Paris-Sud-Est-Avenir), le Conseil départemental du Val-de-Marne, la ville de Vincennes, la ville de Villecresnes, ECARTS / Anis GRAS le lieu de l’autre, le Théâtre Paris-Villette,  l’Espace Daniel Sorano à Vincennes.  

 Tournée saison 22/ 23 sur Janv-février 23. Autres périodes nous contacter

   La Presse:

   "TERREUR est digne des meilleurs films de procès. (…) Ce procès-fiction est une réflexion passionnante sur les démocraties face au terrorisme. Hercub’ le joue avec un hyperréalisme saisissant." Le Figaro

 "L’ambiance d’une salle de justice est parfaite, et le jeu des acteurs à la juste mesure de l’émotion."l'Humanité

 "Un procès d’assises plus vrai que nature dans lequel les spectateurs sont jurés. Une véritable expérience sociologique". La Provence 

Terreur Mai 21Terreur Mai 21 [1.581 Kb]

  Suite à ses représentations au festival d'Avignon 19 au Théâtre du Girasole

 L’ensemble Agora et la Compagnie Boitagora tournent

 Heureusement qu’on ne meurt pas d’Amour

d’après l’Arlésienne d’Alphonse Daudet et Georges Bizet

 Mise en scène de Sébastien Davis 

  Avec

Anne Girouard et l’ensemble Agora

  Durée 1 h

 Teaser Arlésienne : https://www.youtube.com/watch?v=F32PaFZ3Zec 

Le 3 décembre 2021 au Théâtre de Dreux à 20h 30

Le 5 décembre à la  Manekine de Ste Maxence

Canopée de Ruffec

   Un dimanche soir, c’est le repas de noces : on va fiancer le jeune Jan. La fête bat son plein, quand un homme se présente à la porte et déclare sa liaison avec la promise. Des lettres prouvent tout. Un abîme s’ouvre soudain. Le vertige s’empare de tous les personnages. La mère se morfond pour son fils, dénonce les conventions qui empêchent le mariage, revendique les droits d’une femme et ceux d’une mère. Le grand-père figé dans une position toute commandée par l’honneur sera inflexible. Jan se noie, dans le chagrin, le travail, la colère, l’amour.

 L’Arlésienne fait partie des classiques de la littérature.. C’est une histoire que l’on connaît vaguement. Il existe deux versions de l’Arlésienne de Daudet et deux versions de l’Arlésienne de Bizet

 Notre dessein a été de réunir à nouveau l’histoire écrite par Daudet et la musique de Bizet.

 Comme un oracle, Heureusement qu’on ne meurt pas d’amour vient au début de la pièce souligner l’aveuglement des personnages, leur refus de soumettre leurs destinées aux caprices de l’amour, leur volonté de régler leurs croyances et leurs vies sur les conventions sociales.

 La musique de Bizet, profondément bouleversante, fait vivre le tourbillon des sentiments. On pleure et on rit en faisant la farandole et en jouant du tambourin.

 Avec le soutien de l'Adami et de la Spedidam, RT-Events, ADB Stagelight

 Tournée de décembre 2020 à février 2021 : pour d'autres périodes nous contacter 

Après une quarantaine de représentations, La Compagnie Le Théâtre de l'Imprévu continue la tournée de son spectacle

Ah quel Boulot pour trouver du boulot!

Entreprise théâtrale & musicale

Tout public-durée 1h10

Mise en scène Claire Vidoni

Avec  Eric Cénat, Jacques Dupont et Nicolas Senty

 Teaser : https://vimeo.com/405020975

 

 Bienvenue au stage de SREPECD : le Stage de Remotivation par l’Exemple des Parcours les plus Edifiants pour les Cas les plus Désespérés.

Guidés par la voix d’une animatrice, les stagiaires, tour à tour, se présentent, se révèlent, s’opposent, se lâchent…
Jean Raymond qui s’est fait tout seul mais qui s’est raté, Jean-Philippe, le gardien deparcmètre indépendant, Jean-Patrick, l’auto-stoppeur professionnel, sans oublier
Jean-Philibert, Jean-Michel, Jean-Christophe…
Tous chantent leurs espoirs de petites Jean, de Jean-qui-rit, de Jean-qui-pleure, de Jean-passe-et-des-meilleurs … ces Jean, malmenés par la vie, se débattent avec
énergie, pudeur ou… mauvaise foi !
Et vous le verrez au détour de ces situations burlesques et absurdes :Ah quel boulot... pour trouver du boulot !
 

Textes : Raymond Devos, Jean-Michel Ribes, Bernard Ascal, Harold Pinter, François Rascal…
Chansons : Charles Trenet, Bill Deraime, Alain Souchon, Anne Sylvestre, Kent, Jean-Jacques
Goldman…

Compagnie portée par la région Centre-Val de Loire, le Conseil Départemental et la Ville d'Orléans

  La Compagnie Aléthéia

  a le plaisir de vous convier au spectacle

  Lalalangue

  Prenez et mangez en tous

  Une revue familiale

  De et par Frédérique Voruz

  sous le regard bienveillant de Simon Abkarian

  Du 6 au 10 Octobre au Cirque Electrique

   (place du maquis du Vercors, paris 20eme)

  Mercredi, jeudi, vendredi à 20H et samedi, dimanche à 17H

  Durée 1H20

  Lien bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=unpfO2ooQNw

 Cette histoire est à elle seule un mythe. Elle est singulière, mais universelle. Tragique, mais hilarante. Elle raconte comment une enfant s’est protégée de la folie maternelle, les stratégies qu’elle a mises en œuvre pour tenir jusqu’à sa majorité et sa rébellion pour se construire un idéal. L’humour comme arme, la création comme solution.

  "Je livre ici un conte très personnel, histoire qui m’est chère puisque la mienne. À aucun moment n’intervient le larmoie - ment ou la catharsis. C’est plutôt un passé digéré dont il est question, livré avec beaucoup de distance et de second degré". Ce spectacle est une ode au théâtre, qui permit à la petite fille de faire du beau, du drôle avec du laid. Par le théâtre, la tragédie devient comédie.

 C’est l’histoire d’une survie en milieu hostile, les personnages sont fous, violents, désopilants, extraordinaires… Un conte contemporain un brin puritain à faire froid dans le dos, et à faire rire à s’en déboîter la mâchoire.»

   « Lalalangue est une confession héroïque » Ariane Mnouchkine   

lalalanguelalalangue [7.378 Kb]

 la Cie A Table ! prèsente Un ennnemi du peuple d'après Henrik Ibsen mis en sc par Guillaume Gras 

 La Cie A Table a le plaisir de vous convier à sa nouvelle création

 Un ennemi du peuple

 Libre adaptation de l'oeuvre d'Henrik Ibsen

 Mis en scène par Guillaume Gras

  Avec :  Ivan Cori, Marie Guignard, Eurialle Livaudais, Bruno Ouzeau, Nicolas Perrochet, Gonzague Van Bervesseles.

 Au Théâtre de Belleville

 du 8 au 30 septembre

 Mardi à 19 h et

Merc, jeudi à 21h15

 Tomas Stockmann est le médecin des nouveaux Bains de la ville. Il est amoureux, a deux enfants en bas âge, des amis sincères, un beau-père entrepreneur et un frère, Maire de la ville. Tomas découvre un jour que l'eau des Bains est polluée par des usines et souhaite remédier à ce problème écologique et sanitaire en avertissant ses concitoyens et en lançant de grands travaux coûteux mais nécessaires. Il se retrouve dès lors confronté à son frère, qui s'oppose aux rénovations, trop coûteuses pour la ville ; mais aussi à la mesquinerie de ses premiers soutiens, qui préfèrent se ranger du côté du pouvoir et de l'opinion publique, tout en privilégiant leurs intérêts financiers. La radicalisation qui va s’opérer chez le docteur Stockmann est donc le fruit  d’un processus où nous, société, avons toute notre part.

Cette société décrite par Ibsen, c’est la nôtre. C’est un monde qui court à sa perte mais qui par peur de manquer ou de bouger ne peut que constater et devenir spectateur de lui-même ; c’est notre impossibilité générale, même dans un système démocratique, à changer le cours des choses et à nous saisir de problèmes relevant de l’intérêt commun ; c’est le procès et la décrédibilisation du discours des élites intellectuelles.

La radicalisation du docteur Stockmann est le fruit d’un processus où nous, société, avons toute notre part.

"Il s’agit dès lors d’entendre ce message, de comprendre ces êtres, et de mettre cette histoire sur scène aujourd’hui pour qu’elle nous travaille et nous questionne.Voilà le sujet de la pièce et de mon adaptation; comprendre et ausculter cette montée du radicalisme et les forces qui la meuvent." 

Ce spectacle peut se jouer en vrai quadri-frontal ou en quadri-frontal aménagé, type théâtre de Belleville (sans proscenium) avec une seule rangée de chaises à cour, à jardin et en fond de scène. Mon souhait ici est de pouvoir faire entendre cette pièce partout… dans des théâtres, hors des théâtres, à l’extérieur, dans tous les lieux que nous pourrons inventer ensemble.Guillaume Gras

 Partenaires et soutiens en résidences : Les Labos d’Aubervilliers, Le Carreau du Temple, L’Espace Agnès Sorel, Anis Gras, les Tréteaux de France, le Théâtre de Belleville