en tournée

 Après ses representations à la Scène Nationale de la Roche sur Yon

La Mandarine Blanche est ravie de vous convier  aux prochaines representations de

L'Ecole des maris

de Molière

Mise en scène  d’Alain Batis

  Avec Emma Barcaroli, Anthony Davy, Théo Kerfridin, Julie Piednoir, Marc Segala, Boris Sirdey, Blanche Sottou

 Mettre en scène Molière aujourd’hui en appelle à faire des liens avec une langue transmise et lointaine, presque oubliée ou étrangère pour certain.e.s,  je parle aussi de comment elle se meut dans la bouche et de ce qu’elle procure à l’oreille. 

 Avec L’Ecole des maris, il s’agit d’aborder des sujets de société au XVIIème siècle mais des sujets, qui au final, sont récurrents et qui traversent le temps. Cette œuvre en alexandrins aux allures de farce jubilatoire touche à des questions sociales et politiques. Profondément humaine, elle recèle une dimension existentielle et poétique.  Le personnage de Sganarelle donne à voir multiples facettes de nos humanités et de nos paroxysmes. 

Avec L’Ecole des maris, il en va du désir de raconter avec poésie la complexité des rapports amoureux mais aussi de mettre en résonance cette pièce de 1661 avec aujourd’hui témoignant du chemin qu’il nous reste à accomplir quant à la question d’équité entre la femme et l’homme. Alain Batis

Teaser : -https://vimeo.com/485512094/2285c36ceb

 Saison 21/22

Le jeudi 07 Octobre et vendredi 08 Octobre 2021 à 14h15 et 20 H 30  à la  Ferme de Bel Ebat – Théâtre de Guyancourt (78)

  Jeudi 21 Octobre 2021 à 14h et 20H45 et le 22 Octobre à 10H au Théâtre du Vésinet Alain Jonemann (78)

 Mardi 9 novembre 2021 à 14h15 et 20h30 au  Théâtre Madeleine Renaud de Taverny (95)

 Vendredi 19 Novembre 21  à 20H30 au  Théâtre de Fontainebleau (77)

 Vendredi 26 novembre 2021 à 14h30 et à 20H30 au  Sud Est – Théâtre de Villeneuve St Georges (94)

 Jeudi 02 décembre au dimanche 19 décembre 2021 | 15 représentations : Théâtre de L’Epée de Bois – Cartoucherie Paris (75)

Du jeudi au vendredi à 21h/ sam à 16h 30 et 21H/ dim à 16H30

 Jeudi 6 janvier 22  à 20H30 à  EPCC d’Issoudun(36)

  Mardi 11 janvier 2022 à 20H30: auThéâtre de Saumur (49)

 Vendredi 14 Janvierà 10h et 14H30 et samedi 15 janvier 2022 à 20H30 à  La Madeleine – Scène conventionnée de Troyes (10)

 Mercredi 19 Janvier à 19H30 et le  Jeudi 20 janvier 22 à 20H30 au  Théâtre d’Auxerre-scène conventionnée  (89)

 Vendredi 28 janvier 22  à 10H et 20H30  au  Théâtre Jacques Brel de Talange (57)

 Mardi 1 er février 22 à 14H30 et 20H30 à la Maison des Arts et du Léman de Thonon Les Bains-scène conv  (74)

 Vendredi 4 février 22 à 20H45 au Centre d’Art et de Culture de Meudon (92)

 Mardi 8 février 22 à 20H30 à Athénée – Le Petit Théâtre de Rueil Malmaison (92)

 Mardi 15 Février 22 à 20H30 au Théâtre Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois (93)

 Jeudi 24 Février à 14h et Vendredi 25 février à 14H et 20H30 à  La Scène de Châtenois / Le Trait d’Union de Neufchâteau (88)

Mardi 1er Mars  à  14H15 et 20H au Théâtre de St Quentin(02)

 Lundi 14 Mars à 20H et Mardi 15 Mars 22 à 19H30 à la  Scène Nationale 61 d’Alençon (61)

 Vendredi 25 Mars 22 à 14h et 20H30 au  Théâtre Louis Jouvet de Rethel-Ardennes – Scène conventionnée d’intérêt national art et création (08)

 Mardi 29 Mars 22 à 20H30 à L'Espace Culturel Boris Vian des Ulis (91)

 Mardi 5 Avril 22 à 20H30 au  Carré Bellefeuille de Boulogne-Billancourt (92)

 Jeudi 14 Avril 22 à 20H30 au Théâtre Les 3 Pierrots Saint Cloud (92)

 Tournée saison 22/23 : d'oct 22 à fev 23

 Coproductions : : Le grand R – Scène nationale de La Roche-sur-Yon, Théâtre Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois, Théâtre de Saint-Maur, La Ferme de Bel Ebat – Théâtre de Guyancourt, Théâtre Madeleine Renaud de Taverny, Sud Est – Théâtre de Villeneuve-Saint-Georges

Partenaires : Maison des Arts du Léman de Thonon-Les-Bains, L’Espace Molière de Talange, La Madeleine – Scène conventionnée de Troyes, La Scène de Châtenois/Le Trait d’Union de Neufchâteau, Théâtre de Saumur, Théâtre des 2 Rives de Charenton, Théâtre du Vésinet– Alain Jonemann, Le TAPS- Théâtre actuel et public de Strasbourg, Théâtre Louis Jouvet de Rethel-Ardennes – Scène conventionnée d’intérêt national art et création, l’Athénée – Le Petit Théâtre de Rueil, Les 3 Pierrots de Saint-Cloud, Carré Bellefeuille de Boulogne-Billancourt

 En coréalisation avec le Théâtre de l’Epée de Bois – Cartoucherie Paris

 Avec le soutien de, de l’Athénée – Le Petit Théâtre de Rueil, des Tréteaux de France – Centre Dramatique National

Avec le soutien de la Région Grand Est, de l’ADAMI et de la SPEDIDAM

Avec la participation artistique du Studio d’Asnières – ESCA

Avec le soutien du Fonds d’Insertion pour Jeunes Comédiens de l’ESAD – PSPBB

Spectacle ayant bénéficié de l’aide de l’Agence culturelle Grand Est au titre du dispositif « Tournée de coopération ».

 La Mandarine Blanche est conventionnée par la DRAC Grand Est – Ministère de la Culture

Anti-Tempête(titre provisoire) de la Cie Illimitée / Création en Oct 20

Tout en continuant sa tournée de Manque à l'Appel la Cie Illimitée a le plaisir de vous présenter sa nouvelle création

Anti-Tempête

Un concert en cercle signé Tony Melvil 

Avec Tony Melvil au chant et au violon  Thomas Demuynck à la guitare

Comédienne Sara Ruiz Marmolejo

Mise en scène de Elodie Segui et Direction musicale de Pierre Marescaux

EN TOURNÉE - Premières représentations

 02/10 à 20H : Le Nautilys, Comines (59)

 Avant-première privée sur invitation

05/10 à 14h15 et 18h30: La Manufacture, Saint-Quentin (02)
09/10 à 20h30 : Théminettes (46)

 10/10 à 17H : Le Krill, Onet-le-Château (12)

11/10 : L’Orange Fluo, Gorses (46)

22/10 à 15h et 20H30 : Nuits de Champagne, Troyes (10)
23/10 : Steenwerck (59)

  "Ce concert est une invitation à se recueillir par la musique, une plongée en soi. Ce sont ces sensations que j'ai envie de retrouver dans cette nouvelle forme hybride, mélange de musique instrumentale, de textes parlés et chantés et de manipulation d'objets dans un dispositif circulaire et apaisant qui évoque de manière symbolique la veillée, le refuge et le feu de camp.

Dans l’écriture, les allusions à la nature et aux éléments seront nombreuses : aux paysages d’altitude qu’il faut gagner, au vent qui nous rend si vivant, à l’océan tour à tour tempête ou miroir en surface mais toujours pai- sible en profondeur…

Un cercle pour le public, comme installé autour d’un foyer. Les trois interprètes au centre du dispositif, dans une adresse circulaire au public. Une pénombre pour que chacun se sente protégé, puisse s’oublier et se réfugier. Une scénographie centrale, douce et inventive, qui nous invite au recueillement. 
 
Pour le public, j’imagine un moment musical suspendu, une expérience poétique autour de sujets qui peuvent être tour à tour douloureux, nécessaires ou plein d’espoirs, une expérience qui permette le temps d’un spectacle d’oublier la folle course de nos pensées."Tony Melvil 

EXTRAITS 
Dans un repli du monde, une zone d’accalmie Pied à terre, temporise, passe l’orage Là-haut quelques secondes valent bien une vie Prends de l’air, avise, corne la page 
 
Là en-haut de ma montagne, loin des chemins de ronde Loin des années de bagne, de fronde Là, j’ai mis des portes closes posées à même la pierre Un repos temporaire, une pause

 Production : Cie illimitée

 Coproduction : Le Gueulard Plus, SMAC de Nilvange

 Soutiens : DRAC Hauts-de-France, Région Hauts-de-France, Le Grand Bleu – Lille, Le Nautilys – Comines, Le Tripostal – Lille, Salle Allende – Mons-en-Baroe

 L’Irrésistible Anthologie de la Chanson française » / La Cie l'Association d'Idées

  La Cie l'Association d'Idées

 prèsente

 « L’Irrésistible Anthologie de la Chanson française »

 Duo piano-voix dadaïste

 Avec Emmanuel Bemer(Chant) et Nicolas Arnoult (piano)

 Le Jeudi 23 septembre 21 à 21H  à la Lanterne de Rambouillet 

 Pourquoi dit-on la chanson « française » ? En se posant cette question, Emanuel Bémer découvre un univers parallèle où règne une folie polyglotte.

 14 langues étrangères viennent témoigner du véritable nomadisme de cette chanson soi-disant française. Ces 14 langues étrangères nous transportent de l’Amérique du Sud aux Antilles, du Japon à la Hollande, de l’Algérie à l’Allemagne. Bémer, comme un grand enfant, s’amuse à passer de l’anglais au hongrois, du portugais au japonais, de l’arabe au néerlandais, de l’allemand au serbo-croate.

 Emanuel Bémer annonce le premier tour du monde en forme de tour de chant

 Les grandes figures de la chanson viennent se bousculer dans ce spectacle effervescent et pyrotechnique, comme une photo de famille drôle et réconciliatrice. Sans jamais tomber dans l’imitation ni la caricature, le chanteur et son pianiste rendent un hommage iconoclaste et inédit à ces chanteurs morts ou vivants. L’humour et l’émotion y sont omniprésents ; le spectateur passe de l’un à l’autre comme happé par des montagnes russes.   Les anecdotes nourrissent les mélodies, participant au rythme et à l’énergie du spectacle.  

 Morceaux choisis

 Göttingen de Barbara, en allemand et en français Vivre de Reggiani, en néerlandais et en français Que je t’aime de Johnny Halliday en japonais Hexagone de Renaud en kabyle Que sera de Chico Buarque en portugais (adaptée en français par Nougaro, elle devient Tu verras) Amor de mis Amores (adapté en français pour Piaf par Michel Rivgauche, elle devient la Foule)  Emmenez-moi d’Aznavour : c’est un medley dans lequel viennent se télescoper 35 chansons.

 Ce spectacle a été  a été créé au Théâtre Municipal d’Epinal (88), il a été donné dans des Scènes nationales (Acb, 55), des théâtres conventionnés (Salmanazar, 51), des Palais des Congrès (Nancy, 54), ou encore au Théâtre du Peuple de Bussang (88) avec 101 choristes..

l'Irresistible...l'Irresistible... [5.273 Kb]

 PLOUTOS Ou L'ARGENT DIEU de la Cie Le Cartel/ Mise en scène Philippe lanton

 Après ses représentations au Théâtre de l’Epée de Bois(Cartoucherie de Vincennes), au Théâtre Berthelot de Montreuil, au Centre des Bords de Marne du Perreux(94) 

 , La Cie le Cartel a le plaisir de vous convier aux prochaines représentations du spectacle 

  Ploutos ou l'Argent Dieu

 D'après la comédie Ploutos d'Aristophane

 Adaptation d'Olivier Cruveiller

 Mise en scène de Philippe Lanton

 Avec Nathalie Akoun, Evelyne Pelletier, Yves Buchin, Olivier Cruveiller, Mathias Jung, Christian Pageault, Nicolas Stuve

Théâtre de Suresnes le 26 Novembre 21 à 18 h (option le 25)

Théâtre de Collégien le 5 février 22 à 20 H 30

Festival d'Avignon Juillet 22

Zeus, pour éviter que Ploutos devienne le bienfaiteur des hommes et menace ainsi son pouvoir, a décidé de le rendre aveugle. Les biens distribués par Ploutos vont, en conséquence, essentiellement vers les nantis. Sur le bon conseil de l’oracle d’Apollon un honnête citoyen d’Athènes, Chrémyle, et son esclave Carion proposent à Ploutos de l’aider à recouvrer la vue s’il promet de venir en aide aux nécessiteux…

Ce texte décapant interroge, cinq siècles avant Jésus-Christ, la notion de « revenu universel » et de justice sociale. Avec son insolente légèreté, Aristophane questionne la nature humaine, son rapport à l’argent et au pouvoir. Des questions intemporelles, qui nous interpellent encore aujourd’hui.

 La  Force d'Aristophane est de ne pas juger mais de laisser à chacun de nous par la comédie sa propre liberté d'entendre, de rire et de penser..

 Extraits de Presse

 L’Humanité : Gérarl Rossi Le Cartel proposent une farce qui a traversé les siècles sans une ride. La mise en scène de Philippe Lanton, volontairement dépouillée, laisse la part belle au récit

 MEDIAPART/  Laurent Mauduit :  Une troupe talentueuse, tantôt joyeuse et moqueuse, tantôt sérieuse …En ces temps de conflit social et de grèves, c’est donc tout au contraire précieux d’assister à pareil spectacle. Car il donne de la profondeur et de l’intelligence à nos controverses et nos combats d’aujourd’hui.

 La Revue du Spectacle / Jean Grapin : Le spectacle, vif et joyeux, est ainsi peuplé de réminiscences théâtrales qui enrichissent Aristophane de toute l'histoire qui lui a succédé.

 Théâtres.com /  Laurent Schteiner : Les comédiens réalisent une très belle partition en réalisant ce spectacle riche et décalé ;  Philippe Lanton a su donner un tour déjanté tout en respectant le fil de l’oeuvre d' Aristophane. Un très beau travail !

 Production Le Cartel et CAP* - la fabrique coopérative artistique de production (conventionnée par le Conseil Général de Seine-Saint-Denis et la Région Ile-de-France, et subventionnée par la Ville de Montreuil).

La création a obtenu l’Aide à la création en fonctionnement dans le domaine du spectacle vivant de la Région Ile de France, l’aide à la création de la SPEDIDAM et elle est également lauréate du dispositif ADAMI déclencheur. 

ploutosploutos [547 Kb]

 La Cie Liba Théâtre vous convie aux prochaines  representations

  Sizwe Banzi is Dead !

 Texte : Athol Fugard,

 Mise en scène : Jean-Michel Vier

 Avec : Jean-Louis Garçon et Cyril Guei

 Théâtre Jacques Carat de Cachan(21, av Louis Georgeon) 

  Le jeudi 21 Octobre à  15h et 20h 30

 La Courée de Collégien

 Le Samedi 14 Mai 22

 teaser :https://youtu.be/qF_hcCsT8_g  

 Swize Banzi i dead est une pièce phare du théâtre des Townships

 Styles est un photographe doué pour faire apparaître les rêves de ses clients quand ils posent devant son appareil. Un jour, dans sa petite boutique il reçoit la visite d’un homme qui fait ses premiers pas dans une nouvelle vie, et veut une photo pour l’envoyer à sa femme .Il dit s’appeler Robert Zwelinzima. Quand l’appareil se déclenche, nous apprenons que « Swize Banzi est mort » et dans un flashback nous entrons dans l’histoire de cet homme. Il vient d’arriver à Port Elizabeth. A l’intérieur de son propre pays, Swize n’a pas de « pass » en règle, il n’a le droit de travailler que dans la région où il est né. Arrête par la police, il doit quitter la ville sous trois jours. Il est recueilli par Buntu. Avec son aide, Swize va connaitre en l’espace d’une nuit un changement d’identité et un bouleversement intérieur. 

 Ecrite en 1972, cette pièce phare du théâtre des townships fait se rencontrer deux cultures, l’art africain du conteur et la tradition du théâtre occidental. Dans le contexte de l’apartheid en Afrique du sud, la pièce aborde les questions d’identité de manière universelle : en dehors de notre définition sociale qui sommes-nous vraiment ? Que faisons-nous de notre vie ? La vitalité, l’humour et la grandeur exprimés par les personnages, nous rappellent notre rôle de créateurs. Cette histoire est aussi notre histoire, les personnages sont confrontés à des obstacles qui les dépassent. Par chance, face aux enjeux de survie que raconte la pièce, nous avons devant nous des super-vivants, des maîtres de liberté qui livrent leurs secrets. 

   Athol Fugard, le grand dramaturge sud-africain a exprimé sa fierté pour cette oeuvre, « dans ses meilleurs moments c’est une célébration joyeuse et merveilleuse de la vie ». 

  Co-production Théâtre de Cachan et la Grange Dimière de Fresnes